Les Carnets de Laitue Diante – Comment identifier une source fiable ?

Savoir identifier une source fiable, c’est moins évident qu’il n’y parait ! Comment s’assurer de la fiabilité des informations obtenues lors d’une recherche ?

1 – Posons le sujet ! Pourquoi vouloir identifier une source fiable ?

2 – Mettons les choses à plat ! Identifier une source fiable, ça ne coule pas… de source !

3 – Passons à la pratique ! Méthode pour identifier une source fiable

4 – Devoirs à la maison !

5 – Des questions ?

6 – Bibliographie

7 – Pour citer ce document

 

 

Pourquoi vouloir identifier une source fiable ?

La recherche d’informations et de connaissances fait partie intégrante de l’approche systémique en agriculture. Mais c’est parfois compliqué, face à la diversité des supports d’informations (et des informations elles-mêmes, parfois contradictoires).

Commençons par un postulat : toutes les sources ne se valent pas. Et c’est quelque chose d’absolu : par exemple, si vous cherchez à savoir ce qu’est l’approche systémique, un livre de recettes ou le dernier tome d’Harry Potter ne vous seront d’aucune utilité. Ça parait évident ! Mais si on pousse cette “exigence” un peu plus loin, ça se complique un peu : entre deux sources parlant de l’approche systémique, à laquelle se fier ? Et s’il y en a plusieurs milliers ?

 

Identifier une source fiable Objet02

C’est un point de vue qui se défend ! Mais avant de choisir une méthode…

 

 

Identifier une source fiable, ça ne coule pas… de source !

 

De quoi part-on ?

À force de nos lectures et de nos expériences, on forge une “grille d’évaluation personnelle” des sources de façon plus ou moins inconsciente. Mais il est peu probable que celle-ci soit complètement correcte (sauf à avoir la science infuse !), simplement parce que la fiabilité d’une source dépend de ses conditions de production, et que celles-ci sont généralement peu connues. Ainsi, construire une “bonne grille d’évaluation”, c’est quelque chose qui s’apprend et qui ne va pas de soi !

La première étape est donc la plus difficile : il s’agit de considérer que peut-être, malgré notre grille d’évaluation personnelle, on puisse avoir besoin de mettre les choses au clair.

 

Abandonner les “idées reçues”

Faisons une petite vérification : votre grille d’évaluation personnelle contient-elle des idées reçues ? En voici une liste non-exhaustive (on remercie Laitue Diante pour sa participation) ! Vous allez voir : il est fort probable que vous en utilisiez sans vous en rendre compte. C’est tout à fait normal : au risque de la répétition, sans apprendre, on ne peut pas avoir appris !

 

Identifier une source fiable Objet03

Ce n’est pas parce que c’est écrit quelque part, que c’est vrai

Ça, c’est la base ! Si vous écrivez que les licornes existent, ça ne prouve pas qu’elles existent. C’est pareil pour les autres personnes : ce n’est pas parce que quelqu’un d’autre que vous écrit que les licornes existent, qu’elles existent. En tout cas, ce n’est pas suffisant !

 

Identifier une source fiable Objet04

Le support compte peu

Ce n’est pas parce qu’une information se trouve dans un livre qu’elle est forcément plus fiable qu’une information trouvée sur un site Internet, et vice versa ! Et c’est vrai pour tous les médias : les informations d’un documentaire vidéo ou d’un journal télévisé ne sont, en soi, pas plus fiables que des informations trouvées sur un blog.

 

Identifier une source fiable Objet05

Le style d’écriture peut être trompeur

De la même façon, un article utilisant un style d’écriture “scientifique” (en employant des mots complexes par exemple), n’est pas forcément plus fiable qu’un article utilisant un style plus simple et plus explicatif : il existe des émissions scientifiques accessibles aux enfants, dont le contenu peut être beaucoup plus fiable que celui d’un article de pseudo-science, agrémenté de mots complexes !

 

Identifier une source fiable Objet06

La fiabilité d’une information n’est pas relative au nombre de fois qu’on la trouve

C’est simple : une mauvaise information peut très bien être citée ou reproduite plus de fois qu’une information fiable. En fait, la propagation de l’information n’est pas proportionnelle au fait qu’elle soit fiable ou non (et c’est dommage !). Il est donc tout à fait possible, pour une question donnée, de trouver 99 fois la même réponse sans que celle-ci soit fiable, et au contraire ne trouver qu’une seule fois une autre réponse, qui elle, le soit. Autrement dit, compter les sources n’est pas une bonne façon de procéder.

 

Identifier une source fiable Objet07

La plausibilité d’une information compte peu

Qu’une information paraisse “plausible” ou pas n’est pas très déterminant. Évidemment, il faut être prudent.e face à des informations extraordinaires, mais le fait qu’une information ne paraisse pas plausible ne veut pas forcément dire qu’elle n’est pas fiable. Et vice versa : vous croirez davantage quelqu’un qui vous dira avoir vu un cheval brun, qu’une personne qui vous dira avoir vu un cheval bleu. Pourtant, rien ne dit que la première personne ait effectivement vu un cheval brun, ou qu’il s’agissait bien d’un cheval !

 

Identifier une source fiable Objet08

Le nom de l’auteur.e n’est pas suffisant

Il compte, mais il ne fait pas tout ! Si un biologiste écrit une publication en suivant la méthode scientifique, on peut estimer (a priori seulement) que les informations qu’elle contient sont fiables. Ce n’est pas forcément le cas s’il écrit un essai ou un roman, ces types de publications n’étant pas soumises à la même démarche d’écriture, et c’est surtout de cela dont il s’agit !

Comme l’illustre ce dernier exemple, la principale source de fiabilité d’une connaissance, c’est la méthode qui est utilisée pour la produire !

 

Un « standard » : la méthode scientifique

Alors, de quoi s’agit-il ? La méthode scientifique (ou démarche scientifique) est un ensemble de “règles” guidant la production des connaissances scientifiques. Son objectif est simple : proposer les conditions de production les plus strictes possibles pour s’assurer que les savoirs produits soient les plus fiables possibles. Elle varie selon la discipline et selon le contexte, mais présente toujours :

1 – Une phase de questionnement :

Le questionnement peut apparaître à la suite d’une observation ou d’une découverte (par exemple), et doit intégrer les connaissances scientifiques existantes.

Identifier une source fiable Objet09

 

2 – Une phase de recherche de réponse :

Elle peut prendre des formes très variées : elle peut par exemple se constituer d’expérimentation, d’enquête etc, et nécessite le développement d’un protocole.

Identifier une source fiable Objet10

3 – Une phase de validation :

Cette phase est primordiale : une fois terminé, les différents aspects du travail fourni seront évalués par d’autres chercheur.e.s (par exemple, est-ce que le protocole proposé est correct ?) qui vont, ou non, attester que la méthode scientifique a bien été suivie. Le travail peut alors être publié dans une revue scientifique : il devient une “publication scientifique”.

Identifier une source fiable Objet11

Elle se reconnaît facilement :

  • son ou ses auteur.e.s sont des chercheur.e.s universitaires, des scientifiques d’instituts, de chaire de recherche ou de centre de recherche, ou encore amateur.trice.s.
  • l’éditeur est un éditeur scientifique reconnu ou un département / une faculté universitaire
  • sa publication nécessite la révision par d’autres chercheur.e.s (réuni.e.s en un comité de lecture proposé par l’éditeur par exemple)
  • le contenu s’adresse à d’autres chercheur.e.s (il s’agit de « contenu spécialisé »)
  • le contenu est notamment composé d’une méthodologie de recherche, de résultats, et de discussion autour des résultats
  • la bibliographie est exhaustive (20 références scientifiques et plus)

Ce statut particulier va servir de “certificat de fiabilité” pour les savoirs produits !

Mais attention : il ne permet pas de considérer que les savoirs produits sont vrais, simplement qu’ils sont “les plus fiables possible”. Les erreurs de bonne foi sont possibles (autant dans la production que dans l’évaluation), et il est toujours possible qu’un paramètre nouveau n’ayant pas été pris en compte soit relevé par de nouveaux travaux.

De plus, la publication scientifique, en soi, ce n’est pas “une fin” : si pour les médias la publication scientifique vaut pour preuve, elle n’est qu’un point de départ de la recherche ! C’est suite à la publication que d’autres chercheur.e.s vont pouvoir tenter de vérifier et de reproduire le protocole utilisé : si les résultats obtenus sont similaires, alors la fiabilité de la publication scientifique est renforcée. Au contraire, si les résultats sont différents (ou si l’on découvre que de potentiels conflits d’intérêts n’ont pas été déclarés) cela pointe vers des erreurs, ou pire, des fraudes. La publication peut alors être “retirée” (elle n’est plus considérée comme une publication scientifique, n’ayant pas respecté les conditions de production de celles-ci).

Identifier une source fiable Objet12

 

Si ! Il suffit simplement de se rappeler que la science est en constante évolution : les publications scientifiques forment un “débat scientifique”, qui peut s’organiser grâce aux méta-analyses (qui font la synthèse de toutes les publications portant sur un sujet dans une discipline) ou encore grâce à l’approche systémique (qui fait la synthèse des résultats provenant de disciplines différentes, comme l’agronomie et l’écologie, et pouvant mener à l’émergence de nouvelles disciplines, comme l’agroécologie).

Identifier une source fiable Objet13

 

Non, et le fait d’être une publication scientifique n’est pas non plus suffisant, mais savoir reconnaître sa valeur sera tout de même très utile ! Prenons un exemple : si un article ou un livre tire ses informations de publications scientifiques à jour, c’est plutôt bon pour sa crédibilité : l’auteur.e démontre savoir reconnaître la fiabilité d’une information. À l’inverse, un article qui n’a aucune source, ou aucune source respectant la méthode scientifique, ne doit avoir que peu de crédibilité à vos yeux : vous ne pouvez pas savoir si les connaissances qui vont sont proposées ont été produites avec une méthode scientifique.

Identifier une source fiable Objet14

Pour le dire autrement, sans publication scientifique au minimum comme source, il est impossible d’évaluer la fiabilité des informations contenues dans un article : celles-ci ont pu être exagérées, déformées, voire carrément inventées.

La théorie en tête…

 

 

LDPassonsALaPratique

Méthode pour identifier une source fiable

 

Voici deux façons de procéder qui vous permettront de répondre à des cas que vous rencontrez sûrement souvent :

  • Je cherche à évaluer la fiabilité d’une information
  • Je cherche à évaluer la fiabilité d’une source (qui contient plusieurs informations)

 

« Je cherche à évaluer la fiabilité d’une information »

 

Imaginons que vous lisiez un article sur Internet et que vous y appreniez une nouvelle surprenante. Avant de partager cet article, il convient de procéder à quelques vérifications ! Notre objectif : retrouver la “source primaire”, c’est-à-dire retrouver la publication scientifique à l’origine de l’information.

 

1 – L’article dispose-t-il de sources relatives à l’information surprenante qu’il donne ?

Identifier une source fiable Objet15

  • Oui : passons à la vérification suivante !
  • Non : il est impossible d’évaluer la fiabilité de cette information en partant de cette publication. Il vous faudra réaliser des recherches extérieures (avec cet autre cours !).

 

2 – De quel type de source s’agit-il ?

Identifier une source fiable Objet16

  • Une publication scientifique : il s’agit de la “source primaire”, passons à la vérification suivante !
  • Un autre type de publication : cette seconde publication dispose-t-elle de sources scientifiques relatives à l’information surprenante ?
    • Oui : il s’agit de la “source primaire”, passons à la vérification suivante !
    • Non, voire pas de source du tout. Vous êtes peut-être tombé.e dans une “boucle de sources secondaires” : un premier article vous renvoie sur un second, qui renvoie sur un troisième, qui renvoie sur le premier. Il s’agit d’une stratégie visant à augmenter facticement la crédibilité des 3 articles : l’auteur.e compte sur le fait que vous n’irez pas forcément vérifier ses sources. Vous pouvez déjà douter fortement de l’information que vous avez lue, mais si vous souhaitez être sûr.e, il vous faudra réaliser des recherches extérieures (avec cet autre cours !).

 

3 – La source primaire dit-elle la même chose que la publication qui la cite ?

Identifier une source fiable Objet17

  • Oui : l’auteur.e de l’article a bien compris et restitué le sens de la source primaire.
  • Non : l’auteur.e de l’article que vous lisez a peut-être mal compris la source qu’il/elle cite, mais il est également possible qu’il/elle ait écrit son article en conscience, en comptant sur le fait que vous n’irez pas vérifier ses sources. Pas de bol pour ces auteur.e.s, vous voilà averti.e !

 

4 – Évaluer la source primaire ?

C’est un sujet en soi ! Pour l’instant, vous voilà capable de reconnaître si une information dans un article se repose bien sur une source primaire, et c’est déjà beaucoup ! Restez prudent.e : il faut rappeler que la publication scientifique pose les jalons d’une discussion, et qu’elle n’en est pas la conclusion ! Il faut également savoir que les pseudo-sciences se dotent d’organes éditeurs, singeant les codes de la publication scientifique, sans jamais en suivre la méthode et en respecter les règles. La seule solution pour les débusquer pour l’instant : vérifier l’identité de l’éditeur, et sa réputation scientifique !

 

 

Je cherche à évaluer la fiabilité d’une source (qui contient plusieurs informations)

 

Identifier une source fiable Objet29

Là, ça se complique : ce qu’on cherche à évaluer, c’est la fiabilité d’une publication dans son ensemble ! Pour celà, nous allons nous poser quelques questions et utiliser un système de « points de fiabilité ». C’est parti !

 

Première étape : relever ce que la publication dit d’elle-même

 

1 – Au nom de qui la publication parle-t-elle ? Y a-t-il un.e ou des auteur.e.s identifié.e.s (nom et prénom ou nom et initiale du prénom) ?

La plupart du temps, on trouve ces informations au début ou à la fin de la publication. Il arrive aussi, lorsqu’il s’agit d’un blog personnel, que ces informations se trouvent dans la section « contact » ou la section « qui sommes-nous ? ».

Identifier une source fiable Objet18

 

  • Oui, l’auteur.e indique même sa profession de chercheur.e. + 2
  • Oui, mais il n’y a pas plus d’informations sur l’auteur.e ou il/elle n’est ni chercheur.e ni scientifique. + 1
  • Non, il n’y a pas de nom d’auteur.e ou le nom est incomplet. Il s’agit peut-être d’un oubli, mais peut-être que l’auteur.e ne veut pas assumer ses propos. + 0

 

2 – La publication est-elle portée par l’auteur.e seul.e ou également par un éditeur ou une organisation (entreprise, association, université etc) ?

L’information peut être donnée explicitement (logo ou nom de l’organisation présent sur la publication) ou implicitement et être sous-entendue (sur un site internet par exemple, l’éditeur est souvent l’organisation gérant le site internet lui-même).

Identifier une source fiable Objet19

 

  • Oui, par un éditeur scientifique (ou universitaire). L’éditeur scientifique ou l’université engage sa crédibilité. + 2
  • Oui, mais par une organisation non-scientifique (éditeur, association, entreprise). L’organisation engage sa crédibilité. + 1
  • Non, par l’auteur.e seul.e / Il n’y a ni auteur.e ni éditeur ou organisation.  + 0

 

3 – La publication déclare-t-elle ses intentions ?

Il peut s’agir d’une phrase déclarative (par exemple « nous allons étudier ceci », « je vais m’exprimer sur cela »), de l’utilisation de titres ou de question (par exemple « Étude de ceci », « Comment reconnaître cela ? ») ou de l’utilisation de rubriques (« édito », « publicité », etc).

Identifier une source fiable Objet20

 

  • Oui, il s’agit uniquement de mettre à disposition de la connaissance, d’informer ou de viser l’enrichissement intellectuel.
  • Oui, il s’agit également ou uniquement de pousser à l’achat, de convaincre ou de propager une opinion .
  • Non, on ne comprend les intentions de l’auteur.e qu’en lisant l’entièreté de la publication.

Ici, pas de points et c’est normal : on y reviendra plus tard !

 

4 – La publication présente-t-elle une bibliographie ?

Il s’agit d’une section baptisée « bibliographie », ou « références » (elle peut aussi ne pas avoir de titre), dans laquelle on trouve des liens extérieurs (liens internet ou titres d’ouvrages). Il se peut également, sur certains sites Internet, que la bibliographie soit éparpillée dans le contenu.

Identifier une source fiable Objet21

 

  • Oui, de 20 références scientifiques ou plus. + 2
  • Oui, dont des références scientifiques. + 1
  • Non, ou uniquement des références non-scientifiques. + 0

 

 

Deuxième étape : vérifier !

 

La seconde étape, c’est d’abord de vérifier si ce que la publication dit d’elle-même est fidèle à la réalité, et ensuite de procéder à quelques vérifications supplémentaires ! Cela va nous permettre d’identifier la démarche de la publication : s’agit-il d’une volonté de l’auteur.e de partager sincèrement ses savoirs du mieux qu’il/elle peut ? Ou au contraire, s’agit-il d’une démarche qui cherche à tromper à des fins commerciales ou idéologiques ?

 

1 – Le travail de l’auteur.e est-il soumis à la critique ?

On le repère facilement : on peut contacter l’auteur.e, laisser des commentaires, celui-ci appelle peut-être même à la critique de son travail. Le cas des publications scientifiques est particulier, étant soumises à un comité de lecture et étant faites pour être reprises et critiquées.

Identifier une source fiable Objet22

  • Oui, l’auteur.e a soumis son travail à un comité de lecture et peut être reproduit grâce à une méthodologie fournie (publication scientifique) + 2
  • Oui, l’auteur.e invite les lecteurs.trices à critiquer son travail (possibilité de contacter l’auteur.e, de commenter, ou appel direct à la critique) et met à jour son travail. + 1
  • Non (ou l’auteur.e invite à la critique mais y réagit de façon violente ou ne met pas son travail à jour). + 0

 

2 – L’auteur.e est-il/elle affilié.e à une organisation, sans que ceci soit mentionné dans la publication ?

Pour le savoir, votre moteur de recherche préféré est votre ami ! 🙂

Identifier une source fiable Objet23

  • Non, il n’y a pas d’affiliation non-déclarée, et s’il y a une affiliation déclarée, elle ne présente pas de risque de conflit d’intérêt ou de prise de position partisane. + 2
  • Oui, mais l’affiliation n’est pas pertinente ou ne présente a priori pas de risque de conflit d’intérêt ou de prise de position partisane (si l’auteur.e est employé.e dans autre domaine par exemple) + 2
  • Non, mais l’affiliation déclarée présente un risque de conflit d’intérêt ou de prise de position partisane. « + 1 » pour l’honnêteté de la démarche, mais il faudra être attentif.ve à la suite !
  • Oui, et il y a potentiellement un conflit d’intérêt ou de prise de position partisane, ou il n’y a pas d’information sur l’auteur.e. + 0

 

3 – Le contenu est-il cohérent avec l’intention déclarée ? La publication offre-t-elle ce qu’elle promet ?

Ici, une lecture attentive pourra vous aider à relever les incohérences.

Identifier une source fiable Objet24

  • Oui, la publication offre ce qu’elle promet et aucune intention non-déclarée n’est relevée lors de la lecture. + 2
  • Oui la publication offre ce qu’elle promet mais montre d’autres intentions qui n’ont pas été déclarées (convaincre, promouvoir un produit etc). + 1
  • Non, les intentions déclarées sont différentes des intentions relevées lors de la lecture (la publication prétend par exemple expliquer, mais cherche en réalité à convaincre ou à vendre), ou la publication n’a pas déclaré ses intentions. x 0

Ici, il s’agit d’un facteur éliminatoire : un.e auteur.e qui ne déclare pas ses intentions peut chercher à forcer la lecture (pour des raisons diverses), en entretenant le mystère autour de son contenu. Dans le cas où les intentions déclarées sont différentes des intentions relevées, on peut parler de tromperie : difficile de faire confiance dans ces conditions !

 

4 – La publication expose-t-elle des nuances, des contradictions ?

Ici, on va chercher à s’assurer que la publication est impartiale, en vérifiant que les propos sont nuancés, que la contradiction est proposée par l’auteur.e lui/elle-même (par exemple avec des sections dédiées comme « avantages / inconvénients », « contre-arguments », « contre-hypothèses » etc).

Identifier une source fiable Objet25

  • Oui, d’une façon qui semble impartiale, et si l’auteur.e exprime une préférence ou une orientation personnelle, celle-ci est présentée comme telle  + 2
  • Oui, mais d’une façon qui semble orientée (informations importantes manquantes, contradiction avec les sources, langage catégorique ou émotionnel) et l’intention déclarée n’est pas de convaincre, ni de faire de la publicité + 0
  • Non, un seul point de vue est proposé, et l’intention déclarée n’est pas de convaincre, ni de faire de la publicité. x 0

Ici aussi, le « non » vaut pour élimination : difficile de se fier à une publication orientée qui prétend informer !

 

5 – La bibliographie fournie vous permet-elle de vérifier l’exactitude des informations contenues dans le propos de la publication ?

Identifier une source fiable Objet26

  • Oui grâce à des références uniquement scientifiques qui appuient les informations. + 2
  • Oui, mais les références appuyant les propos ne sont pas toutes scientifiques. + 1
  • Non, les références sont scientifiques mais contredisent la publication ou les informations ne sont appuyées que par des références non-scientifiques. x 0 (éliminatoire)

 

Voilà !

Identifier une source fiable Objet027

C’est vrai, mais la notion de “score” doit être relativisée : rares sont les publications qui peuvent atteindre la note maximale, et une publication d’une fiabilité “correcte” (moyenne) est loin d’être à jeter !

Les informations que vous relevez en évaluant la fiabilité d’une source sont beaucoup plus utiles qu’un simple score : elles vous permettent de repérer précisément ce qui peut poser problème avec une publication (ce qui peut permettre à l’auteur.e de l’améliorer, si il/elle est par exemple informé.e d’une erreur de bonne foi) ! Par exemple, il est possible de trouver des publications dont le contenu est correct (parce que vous vous y connaissez dans le domaine étudié par exemple), mais que celle-ci ne cite aucune source : avec notre système, cette publication est éliminée. La raison est simple : si vous ne vous y connaissez pas, il est impossible pour vous de savoir sur quoi repose le contenu (même s’il est de « qualité »).

Sachez également que la méthode que nous vous proposons n’est pas absolue ! Il en existe des tas, encore plus précises (et/ou plus ou moins sévères), et ces méthodes méritent d’être régulièrement mises à jour, les comportements frauduleux évoluant constamment. Par exemple la méthodologie que nous proposons ici pourrait servir de base à des personnes mal-intentionnées, qui chercheraient à « optimiser le score » de publications de faible fiabilité (d’où l’intérêt de bien relativiser cette notation !).

Enfin, il ne s’agit pas non plus de dire qu’il ne faut lire que des publications scientifiques ou de dire que les articles d’opinion n’ont pas d’intérêt : il s’agit simplement d’évaluer la fiabilité de ce que vous lisez (donc pas la pertinence, ni l’intérêt) !

 

 

S’entraîner à identifier une source fiable

 

On vous l’accorde : ce cours était long et il peut être compliqué d’adopter autant de réflexes d’un coup. Et même : la vérification des sources peut être très chronophage quand on n’a pas développé certains automatismes. C’est pourquoi notre mise en pratique est conçue comme un outil à utiliser ! À force que celui-ci vous rappellera les questions à se poser, vous finirez par ne plus avoir besoin de lui pour identifier une source fiable !

 

 

Oui c’est bientôt fini ! Si vous avez des questions, des remarques, des critiques, n’hésitez pas ! Nous les ajouterons ici !

 

 

LDBibliographie

 

 

 

LDPourCiterCeDocument

Vous pouvez librement faire référence à ce contenu dans vos articles, nous vous demandons simplement de citer l’article et son auteur de la façon qui suit :

BEN BELAÏD S., Les Carnets de Laitue Diante –  Comment identifier une source fiable ? [en ligne], Chez le Père Magraine, 22/04/2018, 02/12/2018 [consulté le XX/XX/XXXX], disponible sur : https://chezleperemagraine.com/blog/laitue-diante-identifier-une-source-fiable/

Il vous suffit de remplacer « XX/XX/XXXX » par la date à laquelle vous avez consulté cet article 🙂

Toute reproduction du contenu de cet article, même partielle, est strictement interdite sans l’accord de l’auteur.

Pour partager ce contenu :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *