Le Manuel pratique du Père Magraine N°3 – Évaluer le pH de son sol

Votre sol est-il acide, basique, neutre ? Comment évaluer le pH de son sol ? Le Père Magraine vous propose ici la méthode du chou rouge : fiable, biosourcée, originale et recyclable !

1 – Avant-propos

2 – Matériel nécessaire

3 – Protocole

4 – Évaluer le pH de son sol – Méthode 1 : le papier pH

5 – Évaluer le pH de son sol – Méthode 2 : la technique du chou rouge

6 – Traiter les résultats

7 – Dresser la carte des natures

8 – Que faire du chou rouge utilisé ?

9 – Envie de contribuer ?

10 – Bibliographie

11 – Pour citer ce document

 

 

MPAvantPropos

Dans ce troisième numéro, nous allons nous pencher sur une autre caractéristique du sol : sa nature ! Mais qu’est-ce qui se cache précisément derrière cette appellation on ne peut plus vague ? Rien d’autre que son pH (pour « potentiel hydrogène ») ! C’est-à-dire, s’il est acide, neutre, ou basique. L’intérêt d’évaluer le pH de son sol n’est pas unique : en plus de pouvoir indiquer les meilleurs emplacements pour vos cultures (préférant les sols acides ou basiques), des mesures récurrentes de cet indicateur vous permettront d’appréhender et de corriger les éventuels problèmes (par exemple, si votre sol s’acidifie trop intensément d’une année sur l’autre, vous pourrez le constater, cultiver en conséquence) !

 

 

MPMaterielNecessaire3

  • Votre carte établie lors du Manuel pratique 1 + du papier calque + du papier + des crayons de couleurs différentes ou votre carte en format numérique éditable
  • Du matériel de prise de notes
  • Un transplantoir ou tout autre outil pour prélever de la terre
  • De l’eau distillée
  • Plusieurs petits récipients qui ne peuvent pas être tâchés
  • Du papier pH (pour la méthode 1)
  • Un chou rouge (pour la méthode 2)
  • Du bicarbonate de soude (pour la méthode 2)
  • Du vinaigre (pour la méthode 2)
  • Un couteau ou tout autre outil pour émincer (pour la méthode 2)
  • Une casserole qui ne peut être tâchée (pour la méthode 2)

On peut ajouter un tablier ou une blouse, pour les éventuelles éclaboussures !

 

 

MPProtocole

Première étape : préparer une carte vierge

MPMap4

Si vous avez réalisée votre carte topographique sur papier, calquez-la mais ne la colorisez pas. Si vous l’avez réalisée via un logiciel de création graphique, dupliquez-la et supprimez les couleurs du duplicata, de façon à ne conserver que les tracés.

Deuxième étape : repérer et noter les potentielles différences de pH sur votre terrain

Commencez par observer la végétation spontanée de votre terrain en vous posant ces questions :

  • Observez-vous des zones désertées ou peu peuplées par la végétation ?
  • Des plantes bio-indicatrices (poussant spontanément sur votre terrain) se limitent-elles à certaines zones ?

Délimitez grossièrement des zones sur la base des informations que vous avez obtenues (vous pouvez également utiliser les différences de textures repérées dans le Manuel pratique N°2). À ce stade, vous devriez pouvoir définir sur votre terrain :

  • Une zone majoritaire ou totale : c’est la plus grande zone qui se comporte de la même façon. Si votre terrain semble homogène, vous n’aurez qu’une seule zone qui sera totale.
  • Aucune, une ou plusieurs zones minoritaires : ce sont des zones qui se comportent différemment de votre zone majoritaire.

Notez ces endroits sur votre carte en plaçant 3 points dans chaque grande zone que vous avez pu définir, et 1 seul pour les plus petites. Pensez à les nommer de façon à pouvoir organiser facilement vos expériences et vos résultats.

MPMap7Sur cet exemple, la zone « A » est la zone majoritaire, les zones suivantes (B C D et E) sont nommées de la plus grande à la plus petite.

Voilà, vous venez de dresser la liste des zones à tester !

Troisième étape : préparer l’expérience

Ci-après, vous trouverez deux méthodes pour tester le pH. Les résultats qu’elles proposent, bien que d’une précision différente, restent exploitables de façon similaire. La différence ici relève de l’écologie : une des méthodes (on vous laisse deviner laquelle !) est biosourcée et n’engendre donc aucune pollution. Quoi qu’il en soit, que vous choisissez la méthode 1 ou 2, il faut préparer un minimum l’expérience !

Vous l’avez compris, pour chaque grande zone identifiée, 3 tests sont à prévoir (pour pouvoir éliminer les éventuelles anomalies), ce qui demande un minimum d’organisation : indiquez sur chaque petit récipient à quelle point de la carte il correspond ! Assurez-vous également qu’ils soient propres et bien secs.

MPObjet15

 

 

C'est parti !

Évaluer le pH de son sol – Méthode 1 : le papier pH

Vous connaissez sûrement ces petites languettes de papier : en les trempant dans un liquide, elles changent de couleur selon son pH, qu’il vous suffit alors de lire.

Pour vous en servir de façon à obtenir des résultats fiables

MPObjet161 – Prélevez des échantillons de sol sur quelques centimètres à chaque point de votre carte et placez chacun d’entre eux dans son récipient correspondant (une à deux cuillères à soupe de terre suffisent). Ajoutez-y de l’eau distillée (c’est très important : l’eau en bouteille, l’eau de pluie et l’eau du robinet ont rarement un pH neutre, ce qui peut fausser vos résultats) puis mélangez.

MPObjet172 – Trempez une bandelette de papier pH dans chacun des échantillons, comparez les couleurs à l’étalon coloré fourni, et notez les résultats en pH. Vous pouvez passer à l’étape Traiter les résultats, ou découvrir l’étonnante technique du chou rouge !

 

 

Évaluer le pH de son sol – Méthode 2 : la technique du chou rouge

Le chou rouge, c’est un légume, on est d’accord ! Mais pas que : grâce aux anthocyanes qu’il contient (des molécules changeant de couleur selon le pH), vous allez pouvoir le transformer en puissant outil d’analyse !

Comment procéder

MPObjet181 – Mettez de l’eau distillée (c’est très important : l’eau en bouteille, l’eau de pluie et l’eau du robinet ont rarement un pH neutre, ce qui peut fausser vos résultats) à bouillir et émincez le chou rouge pendant ce temps.

MPObjet192 – Déposez le chou dans l’eau bouillante et retirez du feu. Laissez tremper 10 minutes, le temps que les anthocyanes soient extraites. Filtrez (vous pouvez mettre le chou au compostage, le consommer ou l’utiliser pour fabriquer du papier pH). Vous devriez avoir un jus violet, qu’il est temps de tester !

MPObjet203 – Versez un peu de jus dans deux petits récipients qui ne serviront pas à tester les échantillons. Ajoutez un filet de vinaigre dans l’un et une cuillère à café de bicarbonate de soude dans l’autre. Si la première solution vire au rose vif et si la seconde vire au bleu ou au vert, votre test est réussi et votre jus prêt à être utilisé !

MPObjet214 – Versez un peu de jus violet dans autant de petits récipients que vous avez de points sur votre carte. Conservez la bouteille près des petits récipients : sa couleur servira de « couleur témoin » !

Prélevez des échantillons de sol sur quelques centimètres à chaque point de votre carte et placez chacun d’entre eux dans son récipient correspondant (une à deux cuillères à soupe de terre suffisent). Laissez reposer une demi-heure.

MPObjet225 – Relevez les couleurs pour chaque échantillon !
La couleur de la solution n’a pas changé : le pH de votre échantillon est de 7.
La couleur de la solution a viré au rose : le pH est compris entre 3 et 6.
La couleur de la solution a viré au rose vif : le pH est compris entre 1 et 3.
La couleur de la solution a viré au bleu ou au vert : le pH est compris entre 8 et 11.
La couleur de la solution a viré au bleu ou au vert vif : le pH est compris entre 11 et 14.

 

 

Traiter les résultats

Corriger l’identification des zones

Commencez par regarder les résultats zone par zone : remarquez-vous de grosses différences de pH parmi les résultats des échantillons d’une même zone (+ de 3 points de pH de différence entre le résultat le plus bas et le résultat le plus élevé) ?

  • Oui : repérez le résultat le plus éloigné des deux autres. Considérez que cet échantillon et ses résultats représentent une zone à part entière. Corrigez votre carte en y intégrant la « nouvelle zone ».
  • Non : vos échantillons attestent que le pH de votre zone est relativement uniforme.

Traduire le pH en natures

Les arcs du pH présentés ci-dessous sont spécialement adaptés aux sols. Bien que le pH peut varier entre 1 et 14, nous nous concentrons ici sur les cas les plus fréquemment rencontrés (des sols aux pH allant de 4 à 11). Le pH fonctionne comme ceci : le pH 7 est neutre. Plus le pH tend vers le 1, plus il est acide. Plus le pH tend vers le 14, plus il est basique.

MPObjet23Si vous avez utilisé la méthode du papier pH : Faites la moyenne des échantillons pour chaque zone pour laquelle vous en avez plus d’un (on additionne les valeurs en pH des échantillons d’une même zone, et on divise cette somme par le nombre d’échantillons). Exemple concret : dans ma zone appelée “A”, j’ai prélevé 3 échantillons dont le premier a un pH de 5, le second un pH de 7 et le dernier un pH de 4. Le pH moyen de la zone A est donc de (5 + 7 + 4) / 3 = 5,33. Traduisez les pH moyens de vos zones (ou les résultats d’échantillon pour les zones pour lesquelles vous n’en avez réalisé qu’un seul) en les reportant sur l’arc.

MPObjet24Si vous avez utilisé la technique du chou rouge : Traduisez les pH moyens de vos zones (ou les résultats d’échantillon pour les zones pour lesquelles vous n’en avez réalisé qu’un seul) en les reportant sur l’arc.

On y est ! Vous savez désormais si certaines zones de votre sol sont basiques, neutres, acides, ou plus extrêmes ! Il est temps d’incrémenter votre carte !

 

 

Dresser la carte des natures

Selon que vous ayez un seul ou plusieurs types de natures, cette dernière étape sera plus ou moins longue :

  • Votre sol ne présente qu’un type de nature : ne prenez pas la peine de coloriser votre carte. Indiquez seulement sur votre carte topographique que votre sol est de telle nature.
  • Votre sol présente plusieurs types de natures : créez une nouvelle carte vierge et coloriez-la en suivant la légende de l’arc du pH que vous avez utilisé.

MPMap8

Il est possible que les frontières entre les différentes zones établies soient floues, voire, que vous deviez les définir de façon arbitraire. Dans ce cas, un nouveau test entre les zones peut être pertinent à réaliser (à répéter selon vos résultats).

Voilà, mission accomplie ! C’est un nouveau pas que vous avez franchi dans la connaissance de votre environnement de culture !

 

 

Que faire du chou rouge utilisé ?

L’Astuce Zéro Déchet de Mamie Racle

MPObjet25Vous ne savez pas quoi faire du chou rouge que vous avez utilisé et il vous reste du jus ? Mamie Racle a l’astuce qu’il vous faut : recycler le tout pour en faire du papier pH que vous pourrez utiliser pour vos prochains tests ! Alors c’est parti !

MPObjet261 – Mettez le jus et le chou rouge utilisé dans un mixeur et mixez le tout (ajoutez un peu d’eau distillée si nécessaire au mixage). Filtrez (vous pouvez mettre les restes de chou au compostage) et placez le jus obtenu dans un grand récipient résistant aux tâches. Réservez une petite partie du jus dans un récipient qui servira de témoin.

MPObjet272 – Ajoutez 10% d’alcool pharmaceutique à 70° au jus (exemple : ajoutez 10mL d’alcool pour 100mL de jus) afin d’empêcher le développement bactérien. La couleur peut changer : ajoutez du vinaigre jusqu’à obtenir la même teinte que celle du récipient témoin. Transvidez ensuite le contenu du récipient témoin dans la solution alcoolisée.

MPObjet283 – Trempez des bandelettes de papier de la taille de l’index dans la solution (en portant des gants !), de façon à ce qu’ils soient complètement imbibés. Laissez-les sécher une nuit, avant de les ranger dans un contenant hermétique à l’abri du soleil (mais amusez-vous avec un peu avant, en testant votre eau du robinet, votre jus d’orange etc !).

Félicitations pour ce miracle : vous avez transformé des vieux morceaux de chou rouge usés en outil biosourcé et compostable d’analyse du pH !

 

 

Envie de contribuer ?

Vous avez déjà expérimenté cette technique ? Vous connaissez une ou plusieurs astuces pour l’améliorer, faciliter sa mise en place ? Vous avez relevé une erreur ? N’hésitez pas à partager vos cartes et vos idées en commentaires, nous enrichirons ce manuel en conséquence, en vous citant ou en citant votre source !

 

 

Bibliographie

 

 

Pour citer ce document

Vous pouvez librement faire référence à ce contenu dans vos articles, nous vous demandons simplement de citer l’article et son auteur de la façon qui suit :

BEN BELAÏD S., Le Manuel pratique du Père Magraine N°3 – Évaluer le pH de son sol [en ligne], Chez le Père Magraine, 20/11/2017, 04/06/2018 [consulté le XX/XX/XXXX], disponible sur : https://chezleperemagraine.com/blog/manuel-pratique-n3-evaluer-le-ph-de-son-sol/

Il vous suffit de remplacer « XX/XX/XXXX » par la date à laquelle vous avez consulté cet article 🙂

Toute reproduction du contenu de cet article, même partielle, est strictement interdite sans l’accord de l’auteur.

Pour partager ce contenu :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *