Les Dossiers de Micro & Macro – Les Collemboles du sol

Micro & Macro se penchent sur les collemboles du sol, ces étranges animaux aux formes multiples, indispensables à la décomposition des résidus végétaux !

1 – Micro-bio : Définition et histoire des collemboles du sol

2 – Au Microscope : Morphologie et cycle de vie des collemboles du sol

3 – Biocénose : Place des collemboles du sol dans le réseau trophique

4 – Macrorama : Fonctions écologiques des collemboles du sol

5 – Envie d’agir : Favoriser la présence des collemboles du sol

6 – Bibliographie

7 – Pour citer ce document

 

 

Qui sont les collemboles du sol ?

Classification :

  • Embranchement des Arthropodes : il s’agit des animaux au corps segmenté avec exosquelette
    • Sous-embranchement des Hexapodes : il s’agit des arthropodes à 6 pattes
      • Classe Collembola : plus de 8000 espèces connues dans le monde dont plus de 2000 en Europe

Localisations : on les trouve depuis les forêts tropicales humides jusqu’aux limites des glaces polaires. La plupart des collemboles craignent la lumière et ont besoin d’humidité, ils vivent donc dans les premiers centimètres du sol. Certaines espèces vivent cependant au dessus du sol, leur présence est alors dépendante du rythme des saisons.

Pour les découvrir à l’oeuvre, on vous conseille la magnifique vidéo « Planète Collemboles, la vie secrète des sols » de Philippe Lebeaux et Jérôme Cortet : https://vimeo.com/147126953

 

Histoire des collemboles du sol

 

Collemboles du sol Objet6Les collemboles sont des animaux très anciens : des fossiles attestent de leur existence durant la période du Dévonien (il y a 380 millions d’années), soit avant l’apparition des insectes et 130 millions d’années avant l’apparition des dinosaures ! Certains spécimens fossilisés il y a 33 millions d’années ont été assimilés à des genres et des espèces encore présents aujourd’hui. On a longtemps considéré les collemboles comme des insectes primitifs, la classification phylogénétique (basée sur l’ADN) les rapproche cependant plutôt des crustacés comme le cloporte.

 

 

AuMicroscopeDMMP

Morphologies des collemboles du sol

Collemboles du sol Objet1

Les collemboles présentent, suivant les espèces, une diversité morphologique étonnante. Ainsi leur taille varie de 0.25 à 9 mm, leur forme peut être allongée ou sphérique et leur couleur, bien que le plus souvent blanchâtre à gris foncé, peut aussi apparaître vive (rose, orange, rouge etc). Ils possèdent une paire d’antennes segmentées en 4 à 6 segments. Comparés aux insectes, ils ne possèdent ni ailes, ni yeux composés, bien qu’ils puissent avoir jusqu’à 8 yeux simples !

Collemboles du sol Objet2

Les collemboles possèdent également deux organes qui leur sont particuliers :

  • Le tube ventral ou collophore : présent sous l’abdomen, cet organe peut être comparé à un siphon ou une ventouse qui sert à réguler les échanges hydriques avec l’environnement.
  • La furcula ou furca : il s’agit d’une fourche à 2 dents repliée sous l’abdomen qui permet aux collemboles de sauter en cas d’urgence de plusieurs centimètres en quelques millisecondes, un saut d’une hauteur atteignant de 50 à 100 fois la longueur de leur corps ! Cet organe, bien que très fréquent, n’est pas systématique et certaines espèces n’en possèdent pas (on les a regroupées dans l’ordre des Poduromorphes).

 

Cycle de vie des collemboles du sol : la nutrition

Collemboles du sol Objet5Suivant les espèces, les collemboles ont un régime alimentaire très varié (bactéries, pollens, micro-algues, champignons), ou au contraire très strict. De façon générale, les champignons font partie du régime préférentiel des collemboles : ils en consomment les hyphes et les spores !

Cycle de vie des collemboles du sol : la reproduction

Collemboles du sol Objet3Le cycle vital des collemboles est généralement court, certains pouvant se reproduire trois semaines après leur naissance. La reproduction sexuée directe est plutôt rare chez ces derniers, qui utilisent la parthénogenèse pour se multiplier (une femelle pond un oeuf non fécondé qui donnera une femelle).

Collemboles du sol Objet4Le plus souvent, la reproduction sexuée se fait indirectement : le mâle dépose un spermatophore (capsule contenant les spermatozoïdes) à proximité de sa partenaire puis la guide vers celui-ci afin qu’elle puisse s’y frotter et ses œufs être fécondés.

 

 

Place des collemboles du sol dans le réseau trophique

Collemboles du sol Objet7

 

 

Fonctions écologiques des collemboles du sol

Les pros de la décomposition : tout comme son cousin le cloporte, le collembole découpe en petits morceaux les résidus végétaux (feuilles, paillis, etc…) rendant ces derniers mieux assimilables pour les champignons qui vont se charger de digérer la lignine (partie carbonée et dure des plantes). En consommant les champignons ainsi nourris, le collembole va à la fois réguler leur croissance mais aussi contribuer à leur dissémination en transportant leurs spores. Étant formellement un « décomposeur », il est en amont du travail des animaux fouisseurs comme les vers de terre.

Un apport azoté naturel : simplement en respirant, les collemboles vont fixer l’azote atmosphérique. Ainsi à leur mort, ou après avoir été mangés et digérés par d’autres organismes, les collemboles sont un apport azoté non-négligeable et naturel, considérant leur nombre au mètre carré (entre 40 000 et 500 000). Une petite mise en garde est nécessaire : se nourrissant principalement de champignons, la présence des collemboles dépend du cycle du carbone : enrichir son sol en azote, même avec des intrants organiques, fait disparaître les champignons et de fait, les collemboles.

Un indice précis de la dégradation des sols : enfin, les collemboles sont très sensibles aux polluants et au travail du sol (pratiques agricoles conventionnelles) à tel point qu’ils sont devenus un outil d’analyse des ingénieurs agronomes pour évaluer l’innocuité ou la nocivité des intrants, avec une sensibilité supérieure aux méthodes classiques. Une norme ISO internationale a même été construite autour de Folsomia candida qui voit sa reproduction inhibée par certains polluants.

 

 

Favoriser la présence des collemboles du sol

Des études menées par S. Jeffery et son équipe en 2010, montrent qu’une diminution du nombre des collemboles conduit à une diminution de la biomasse végétale et racinaire, une bonne raison pour favoriser un maximum la présence de ces petits arthropodes sur nos terres.

Les collemboles préfèrent les sols stables et peu travaillés, riches en humus, avec une humidité constante et marquée. Il faut donc s’approcher de la nature d’un sol forestier pour favoriser leur présence et bénéficier de leurs services écologiques : la couverture du sol préservant l’ombre et l’humidité des premiers centimètres est donc indispensable ! Mais ce n’est pas tout : comme on l’a vu, les champignons font partie du régime préférentiel des collemboles, il s’agit donc de les favoriser également : pour cela, veillez à utiliser une couverture de sol riche en carbone (au rapport C/N élevé), en accord avec l’état de son sol. Enfin, il faut proscrire tout traitement des végétaux en surface (même les produits « biologiques » ont un impact négatif sur la vie du sol et donc sur sa fertilité naturelle).

 

 

 

 

Vous pouvez librement faire référence à ce contenu dans vos articles, nous vous demandons simplement de citer l’article et son auteur de la façon qui suit :

PRUVOST G., Les Dossiers de Micro & Macro – Les Collemboles du sol[en ligne], Chez le Père Magraine, 26/11/2017, 07/06/2018 [consulté le XX/XX/XXXX], disponible sur : https://www.chezleperemagraine.com/blog/micro-macro-collemboles-du-sol/

Il vous suffit de remplacer « XX/XX/XXXX » par la date à laquelle vous avez consulté cet article 🙂

Toute reproduction du contenu de cet article, même partielle, est strictement interdite sans l’accord de l’auteur.

Pour partager ce contenu :

2 Replies to “Les Dossiers de Micro & Macro – Les Collemboles du sol”

  1. Je découvre votre projet et constate avec plaisir que vous y consacrez un dossier dédié aux collemboles que je trouve très pédagogique et abordable. Ces petits arthropodes si peu connus et pourtant si essentiels dans nos écosystèmes méritent amplement qu’on s’intéresse à eux.
    A ce titre, je me permets de vous signaler mon site qui peut être complémentaire de votre publication, pour ceux qui auraient envie d’en savoir un peu plus sur ces minuscules créatures.
    https://collemboles.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *