Les Dossiers de Micro & Macro – Les Carabes

Petits insectes discrets, les carabes gagnent à être connus pour leurs multiples services écosystémiques : Micro & Macro font le point !

1 – Micro-bio : Qui sont les carabes ?

2 – Au Microscope : Morphologie et cycle de vie des carabes

3 – Biocénose : Place des carabes dans le réseau trophique

4 – Macrorama : Fonctions écologiques des carabes

5 – Envie d’agir ? Favoriser la présence des carabes

6 – Bibliographie

7 – Pour citer ce document

 

 

MicrobioDMMP

Qui sont les carabes ?

Carabes Objet1

Les carabes sont des insectes (arthropodes à 6 pattes) faisant partie de l’ordre des coléoptères (qui possèdent deux paires d’ailes : une paire membraneuse pouvant servir au vol et une paire rigide servant de protection). Ils y forment une famille, les carabidés, regroupant environ 40 000 espèces (dont 1000 en France) caractérisées par leur mode de vie terrestre et leur comportement principalement prédateur.

Les carabes se retrouvent sur tous les continents (à l’exception de l’Antarctique) et dans tous les habitats terrestres. Certaines espèces tropicales vivent sur les arbres ou dans la canopée à leur stade adulte.

La majorité des carabes ont une activité nocturne et arborent des couleurs sombres et ternes. Les espèces à activité diurne présentent souvent des reflets métallisés donnant l’impression de couleurs changeantes suivant l’angle d’observation.

Leur taille peut varier de 0.8 à 5 cm, le espèces nocturnes étant les plus grandes.

 

 

Histoire des carabes

Les plus anciens fossiles de coléoptères ont été trouvés dans le Nord de la France et datent du Carbonifère, il y a plus de 300 millions d’années.

 

 

AuMicroscopeDMMP

Morphologie des carabes

 

Bien que leurs appendices puissent grandement varier en taille et en forme suivant leurs régimes et leurs habitats, tous les coléoptères possèdent des caractéristiques morphologiques assez uniformes. Ainsi on retrouve dans la plupart des cas :

  • Une tête munie d’une paire d’yeux composés (ou entaillés), d’une paire d’antennes et des pièces buccales de type broyeur
  • Un thorax auquel sont reliées 3 paires de pattes, une paire d’ailes supérieures rigides (les élytres) et une paire d’ailes inférieures membraneuses
  • Un abdomen qui porte des orifices respiratoires (les stigmates), les organes sexuels mâle ou femelle et l’anus.

Les carabes peuvent donc facilement se confondre avec les scarabées ou les hannetons qui sont également des coléoptères.

Pour les différencier, on peut retenir les critères suivants :

  • Les scarabées ont les antennes courtes en forme de massue alors que les antennes des carabes sont longues et toujours constituées de 11 segments.
  • Le corps de carabes est généralement allongé, les élytres sont souvent striées dans la longueur.
  • Les pattes des carabes sont longues et leur déplacement très rapide.
  • Les mandibules sont acérées et la tête est plus étroite que le thorax.
  • La plupart des carabes de grande taille ont des ailes inférieures réduites : ils sont incapables de voler. On les retrouve plutôt dans les milieux stables (forêts). Quelques espèces de petite taille en sont cependant capables, on les retrouve plutôt dans les milieux cultivés

Carabes Objet2

Les carabes possèdent également au niveau de leur abdomen une paire de glandes capables de sécréter des substances nocives afin de repousser les prédateurs. On peut retenir l’exemple des carabes bombardiers du genre Brachinus qui peuvent projeter un liquide corrosif et en ébullition sur leurs assaillants.

 

Cycle de vie des carabes : la nutrition

 

80% des espèces de carabes sont prédatrices généralistes ou spécifiques. La prédation exercée par les larves est encore plus importante que celle des adultes.

Les espèces de grande taille peuvent s’attaquer aux mollusques (limaces, escargots) et vers de terre, alors que les plus petites consomment plutôt des micro-arthropodes (acariens, collemboles), des pucerons ou encore des enchytréides.

Quand la nourriture vient à manquer, la plupart des carabes sont aussi capables de se nourrir de graines et de plantes. Il existe quelques espèces polyphages ou phytophages pouvant causer d’importants dégâts dans les cultures (ex:  Zabrus tenebrioides présent dans le Sud Ouest de la France).

Les carabes se nourrissent d’une manière assez particulière : après avoir tué leur proie, ils l’imprègnent de sucs digestifs avant de la consommer, la digestion étant alors qualifiée d’extra-orale. Très voraces, ils sont capables d’ingérer quotidiennement  jusqu’à plus d’une fois et demi leur poids !

 

Cycle de vie des carabes : la reproduction et le développement

 

Les carabes sont des insectes holométaboles, c’est-à-dire qu’ils subissent au cours de leur vie, une métamorphose complète en 4 étapes (œuf, larve, nymphe, adulte). Leur reproduction est sexuée et a lieu soit au printemps, soit en automne.

Carabes Objet3Après fécondation, les femelles pondent leurs œufs (de 5 à plusieurs centaines selon les espèces) directement au sol, plus ou moins enfouis. L’éclosion à lieu quelques jours à plusieurs semaines plus tard. Les larves de carabes sont très mobiles et généralement prédatrices. Elles ressemblent à des insectes adultes avec 3 paires de pattes au niveau du thorax (on dit qu’elles sont de type campodéiforme).

Après une succession de 3 mues, la larve va s’enterrer pour se transformer en une nymphe blanchâtre et peu mobile d’où émergera l’adulte (imago) 15 à 45 jours plus tard. Chez de nombreuses espèces communes, la durée de vie est en moyenne d’une année mais elle peut atteindre plusieurs années notamment chez les gros spécimens du genre Carabus.

 

 

Place des carabes dans le réseau trophique

Carabes Objet4

 

 

 

Fonctions écologiques des carabes

 

Régulation biologique des ravageurs

En tant que prédateurs de nombreux autres invertébrés, les carabes participent activement au contrôle des populations d’espèces potentiellement ravageuses. Leur action est particulièrement intéressante dans la gestion des limaces et des pucerons. Certaines espèces, du genre Calosoma sont également connues pour être friandes de chenilles processionnaires et de chenilles de noctuelles (vers gris).

 

Un maillon important de la chaîne trophique

Les carabes représentent une biomasse accessible importante pour leurs prédateurs de plus grande taille comme les oiseaux ou les petits mammifères.

 

Une présence régulatrice des adventices

Les carabes qui consomment des graines ont une action limitante sur le développement des adventices. En effet, des chercheurs de l’INRA et du BBSRC (Biotechnology and Biological Sciences Research Council) ont démontré que les carabes prélevaient une part importante des graines d’adventices tombées au sol. Ainsi, plus il y a de graines d’adventices en surface, plus le nombre de carabes est élevé et plus le nombre de carabes et élevé, moins le stock de graines dans le sol augmente d’une année sur l’autre.

 

Un outil d’évaluation environnemental

L’impact humain sur les écosystèmes peut être évalué en observant la répartition des espèces opportunistes et spécialisées. En effet, les carabes au régime spécialisé sont plus vite impactés par la modification de leur environnement que les espèces opportunistes (qu’on retrouvera facilement dans les champs et les villes).

Il existe également une corrélation entre la taille moyenne des espèces et la typologie du milieu. Plus le milieu est “ouvert” (et donc perturbé) plus les espèces sont de petite taille. Le comptage et l’identification des carabes offrent donc des indices de perturbation des milieux.

 

 

Favoriser la présence des carabes

 

  • Éviter le labour pour ne pas détruire les œufs et les nymphes enfouis dans le sol.
  • Laisser des bandes enherbées tous les 140 m : cela constitue une zone refuge pour les adultes tout en restant dans leur champ de déplacement.
  • Si possible, coupler les bandes enherbées à des haies pour améliorer la qualité de la zone refuge.
  • Disposer des pierres et de petites bûches tout les 10 à 20 m pouvant servir de cachette pendant la journée.
  • Éviter l’utilisation de pesticides (de synthèse ou organiques) car les carabes peuvent y être directement sensibles ou encore être intoxiquées par la consommation de proies contaminées.
  • Ne pas utiliser de pièges à limaces à base de bière car se sont aussi des pièges à carabes, un de leurs principaux prédateurs !

 

 

 

 

Vous pouvez librement faire référence à ce contenu dans vos articles, nous vous demandons simplement de citer l’article et son auteur de la façon qui suit :

PRUVOST G., Les Dossiers de Micro & Macro – Les carabes [en ligne], Chez le Père Magraine, 08/08/2018, 09/10/2018 [consulté le XX/XX/XXXX], disponible sur : https://chezleperemagraine.com/blog/micro-macro-les-carabes/

Il vous suffit de remplacer « XX/XX/XXXX » par la date à laquelle vous avez consulté cet article 🙂

Toute reproduction du contenu de cet article, même partielle, est strictement interdite sans l’accord de l’auteur.

Pour partager ce contenu :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *